Difficile de trouver les mots justes pour coucher sur papier l’expérience d’un weekend inédit dans l’histoire de notre 20ème Unité St Paul.

5h podiumSi je vous avais dit que nous ne serions ni les troisièmes, ni même les deuxièmes mais bien LES PREMIERS de cet évènement, m’auriez-vous cru? Je l’avais pourtant prédit à plusieurs reprises. A  voir ce qui s’est produit à la 20ème ce jour-là, je peux confirmer une fois de plus que la force de votre intention changera toujours le cours de votre histoire. Alors, continuez de pensez positif, bienveillant et fairplay dans la vie, ceci vous mènera loin !

Mais pour l’heure l’évènement débute. La bataille s’annonce difficile. Les effectifs présents à la 20ème sont au sommet de leur motivation. Mais les lutins et guides ne sont pas en nombre ce matin. Certaines annoncées manquent même à l’appel. Pour tenter un podium, ceci imposera certainement un effort plus important à fournir par chacune présente. Difficile, parce que dans un esprit avant tout scout et une
ambiance bon enfant, chacun sait ici ce qu’il est venu chercher au final …

Mais une fois de plus Saint-Paul se pointe en compétition dans son esprit habituel d’amateur inspiré d’une bonne dose de débrouillardise et de motivation. « On va y arriver!!! », « On est les meilleures », « On verra bien », « … ». Nos teams 5h et 24h déchainées dans les grands préparatifs n’ont peut-être pas pensé qu’avec si peu d’entraînement, des vélos parfois bric à brac recalés au contrôle technique ou dont la selle descend sans qu’on lui demande, aucune trousse d’entretien/réparation parce que les voisins en auront bien une, deux smart phones pour seuls chronos, des effectifs prévus qui signent royalement absents le matin-même, on ne ferait peut-être pas le poids. En face des unités mercenaires sur-entrainées, qui ont sélectionné leurs meilleurs coureurs dans une grille horaire soigneusement étudiée, qui ont engagé des coureurs externes en renfort, qui sont présents avec des vélos derniers cris, des vélos de chauffe sous la tente et des ordinateurs qui passent au crible les temps de chacun, les comparent et permettent d’ajuster la stratégie de course… « Ben voyons les filles… arrêtez de rêver un instant »: auraient pu dire certains !

Eh bien non, nous voulons rêver à la 20ème, pour vivre notre rêve ! Sur la ligne de départ, les forces Saint-Paul se serrent déjà les coudes. Atlantique et Claire-Joie sauvent la ronde Kili, recalée au contrôle technique pour son deuxième vélo, en lui prêtant un des leurs.

24h podiumDe l’autre côté du parc, côté 24h, face à la marche d’intimidation d’une unité concurrente devant notre stand guide, la pression est déjà palpable de la part d’autres équipes. Mais toujours à l’image de la 20ème, on aime entendre encore chanter à tue-tête « Saint-Paul est là, tralalala, Saint-Paul est là, traaaaaaalalalalala… ». L’équipe agite son magnifique étendard prêté par les Baladins, accroché à un simple bâton de bois encore tout étourdi d’avoir été ramassé dans un fourré, pour vivre une aventure dont tout le monde ignore l’issue.

Coup d’envoi, 11h30’, c’est parti pour les guides. 12h30, c’est parti pour les lutins. Si tous les vélos sont bien positionnés au classement, très vite Kili assure une première place. Il faut la maintenir encore de longues heures de course endiablée.

Quelques heures plus tard, Kili monte sur le podium pour une première place devant nos autres vélos bien positionnés malgré tout. Un délire d’émotion, des lutins et des chefs en larmes s’agitent, les yeux levés au ciel, mains sur le visage puis enlacées sur les épaules de la voisine dans des étreintes mémorables… Oui, c’est du jamais vu dans l’histoire de St Paul 20ème, c’est l’exploit d’une PREMIERE POSITION aux 5h VTT!

Côté guide on attend les premiers classements officiels… Avec le renfort des staffs Lutins et Louveteaux, on est bien partis pour un top trois, mais la nuit durant, malgré le ravitaillement du staff d’U aux petits soins, des rumeurs nous placent déjà en quatrième position. Il faut tout donner pour le podium, coûte que coûte. « Il faut un plan… une stratégie pour y arriver… »: entend-on ci et là. Il n’est jamais trop tard d’y penser, mais c’est l’esprit Saint-Paul au 24 : « On se donne à fond et tout ira bien, on verra bien… ».

C’est alors que les PI Saint Paul au stand à côté du nôtre sont d’accord de sacrifier leur deuxième vélo pour tirer la 20ème. Une entraide sans précédent commence dans l’histoire, peut-être celle qui promet un meilleur résultat. Ca roule, ça fonce avec les Pi et les chefs loups. Notre grand vélo remonte au classement. Au petit matin on serait revenu 1er au coude à coude avec Saint-Michel. On se scrute mutuellement, on calcule des écarts minimes et se taquine. Il faut maintenant tout donner pour tenter l’exploit.

Alors on appelle parfois désespérément un coureur volontaire « non épuisé déjà ». In extremis, on pique le matériel d’entretien vélo des voisins pour re-huiler nos chaînes, on resserre et re-resserre en vain
cette selle du grand vélo qui déstabilise le coureur de la victoire, on dévore les croissants apportés par les chefs d’U, et on tient bon sous un soleil radieux. Les filles sont debout sur les bancs alignés le long des barrières Nadar pour permettre au plus grand nombre de voir les arrivées des coureurs exténués et d’encourager les départs survoltés. On entend des cris d’espoir et des encouragements mutuels explosifs. Les esprits s’échauffent, Saint-Paul vit des heures de grande intensité, c’est déjà émouvant à voir !

Vers 9h du matin, on sent qu’il faut aligner les tours sous la barre des 4’50 pour garder un espoir. Le chrono chauffe. Saint Michel vient de lancer trois machines de guerre sur son vélo et nous reprend 10’ à chaque tour. Avec Frédéric, le chef d’U débarque « déguisé » en cycliste… il a la rage de vaincre. A la suite de Frédéric, il est enrôlé dans la course.

Avec les Pis, les chef loups, Fred et le chef d’U, les filles tentent leur maximum pour tirer leur premier vélo vers la victoire. Même les meilleurs coureurs s’épuisent et lâchent leurs derniers coups de pédale avant de s’écrouler sur le bitume à l’arrivée: « j’en peux plus, j’ai tout donné, je ne saurai plus rouler…». Vers 11h, le vélo Saint Michel nous dépasse et lâche un gros : « On les a eu! ». Horreur, adieu la première place, nous voilà en deuxième position… comme toutes ces années passées…

24h coupeLes effectifs se réduisent mais ce n’est pas l’envie de gagner qui manque. Ouf, plus que 40’ de course, nous sommes deuxième, il faut tenir, voire revenir ! Les tours s’enchainent à vive allure pour avancer au maximum le vélo des filles qui déploient leurs dernières cartouches.

Puis, c’est la fin de la course, une fin triomphale en deuxième position dans un combat sans précédent avec St Michel. Tout le monde se rend à la proclamation des résultats, exténué mais en chantant. Nous sommes prêts à bondir et exploser notre émotion, nos cris de joie à l’annonce de la deuxième position. Mais on entend au micro « la deuxième position est pour…(un long silence s’en suit…) … Saint Michel ». Ce sont alors des larmes qui exploseront sur les visages immaculés, en plus des cris de joie. NOUS SOMMES PREMIERES ! Ca n’était plus arrivé depuis près de 8 ans.

La 20ème en excellente santé boucle la journée sur un DOUBLE 5h VTT ET 24h VELO… du jamais vu dans notre histoire… Peut-être même du jamais vu dans l’histoire de l’évènement !

Bravo les filles, vous êtes vraiment exceptionnelles. Je vous confie à chacune ces quelques lignes que j’écris encore avec beaucoup d’émotion. Je retiendrai pour longtemps vos beaux visages illuminés, vos coeurs endiablés, vos corps épuisés et ces petites phrases lâchées en course par celles avec qui j’ai roulé: « Attends, ralentis, j’arrive, vas-y, ok on fonce » ou « j’en peux plus, je suis à bout, allez Arnaud on y va, go go go, je te relaie passe derrière,… » ou encore « Allez Arnaud, c’est le dernier tour, vas-y, il faut tout donner! »… Magnifique, vous avez été vraiment phénoménales !

Sans votre ténacité et vos encouragements mutuels les filles, nous aurions perdu les 90 secondes qui nous séparaient de Saint Michel… Incroyable rêve, mais il est réalité !

Enfin, pour votre soutien à la 20ème:

Merci aux staff lu et à la team 24h pour leurs heures de préparatifs échaudés et de rangement dans la douleur.
Bravo à toutes les animées qui ont répondu présentes à l’appel aux candidats cyclistes.
Merci à tous ceux qui se sont déplacés jusqu’au parc pour encourager les sections !
Merci aux parents logistiques et soutenants !
Merci à tous ceux qui ont ne fusse que pensé aux filles de la 20ème de près ou de plus loin, parce que les énergies circulent au-delà même des frontières !

Et comme nous l'avons crié encore sur le podium: « Saint-Paul avec, NOUS » !

Avec bienveillance,
Chef d’U

Retrouvez ici les photos de l'événement